Villa Médicis : tête de pont du "soft power" à la Macron ?

Cauchemar des ministres de la culture pour les vaudevilles politico-mondains dont elle est régulièrement le théâtre, la Villa Médicis et, plus largement, les résidences d'artiste financées par l'Etat à hauteur de 20 millions d'euros par an, sont réformées en profondeur par Emmanuel Macron. But avoué : transformer ces programmes, et les sites prestigieux qui les accueillent, en un relais de l'influence française à l'international et un réseau permettant d'imposer les acteurs français sur les marchés artistiques internationaux.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services et publicités liés à vos centres d’intérêt. En savoir plus