18/04/2018

Comment l'Etat et la presse se sont pris les pieds dans le tapis pour l'AFP

L'élection surprise de Fabrice Fries à la présidence de l'Agence France Presse révèle au grand jour l'impossibilité pour cette entreprise sans actionnaires de faire émerger un patron assuré du soutien de ses mandants.
Cet article est gratuit
Connectez-vous pour y accéder

Sur le même sujet

Nouveau : Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services et publicités liés à vos centres d’intérêt. En savoir plus