Keolis et Transdev de plus en plus sceptiques sur le marché des navettes autonomes

Une navette sans conducteur de Navya dans le quartier d'affaires de La Défense.
Une navette sans conducteur de Navya dans le quartier d'affaires de La Défense. © Olivier Boitet/Le Parisien/MaxPPP
Les prometteuses start-up spécialisées sur les navettes autonomes comme Navya, lancée par l'ex-patron d'Infogrames et député (LREM) Bruno Bonnell, et EasyMile sont à la peine. Les groupes de transports publics qui les soutiennent depuis des années comme Keolis, Transdev et le groupe RATP s'interrogent sur le modèle économique. [...] (930 mots)
Edition du 16/02/2022 Lecture 4 minutes
Cet article est disponible pour les abonnés et en achat à la carte (9,50 EUR)

2 options pour lire la suite
Le porte-monnaie électronique

à partir de 50 EUR

Acheter uniquement
les articles qui vous intéressent

L'ABONNEMENT ANNUEL

Bénéficiez d'un accès illimité à l'ensemble du site

Je découvre les tarifs

Besoin de tester avant de vous engager ?


Créez votre compte gratuit

Retrouvez cet article dans :

A lire aussi

Nouveau : Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !