Événement

Naval Group : le retard du contrat australien met Cherbourg au ralenti

Les ouvriers du chantier naval de Cherbourg lors du départ du sous-marin nucléaire d'attaque Suffren, en juillet 2019.
Les ouvriers du chantier naval de Cherbourg lors du départ du sous-marin nucléaire d'attaque Suffren, en juillet 2019. © Benoît Tessier/Reuters
Présentée comme le contrat du siècle pour Naval Group, la vente de douze sous-marins de la classe Attack à l'Australie tarde à se concrétiser. Malgré les concessions accordées au gouvernement australien par son PDG, Pierre-Eric Pommellet, l'industriel français est obligé de ralentir la cadence à Cherbourg. [...] (461 mots)
Edition du 25/05/2021 Lecture 2 minutes
Cet article est disponible pour les abonnés et en achat à la carte (15 EUR)

2 options pour lire la suite
Le porte-monnaie électronique

à partir de 50 EUR

Acheter uniquement
les articles qui vous intéressent

L'ABONNEMENT ANNUEL

Bénéficiez d'un accès illimité à l'ensemble du site

Je découvre les tarifs

Besoin de tester avant de vous engager ?


Créez votre compte gratuit

Retrouvez cet article dans :

Créez gratuitement des veilles sur ces mots-clés

A lire aussi
Sur nos autres sites

Créez gratuitement des veilles sur ces mots-clés

Nouveau : Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !