L'Onera remonte la pente grâce à l'export et à ses souffleries

Après avoir traversé un trou d'air en 2015 et 2016, l'Office national d'études et de recherches aérospatiales voit le bout du tunnel sous la houlette de Bruno Sainjon. Le laboratoire mise sur son développement à l'export et compte tirer parti de la prochaine loi de programmation militaire.
Cet article est gratuit
Connectez-vous pour y accéder

Restez informé

Sur le même sujet

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services et publicités liés à vos centres d’intérêt. En savoir plus