Enquête 10/09/2018

Pourquoi Muriel Mayette-Holtz sera la dernière directrice de la Villa Médicis

L'éviction, la semaine dernière, de Muriel Mayette-Holtz de la Villa Médicis signe la fin d'un mandat contesté, mais aussi la remise à plat de l'organisation des résidences artistiques françaises dans le monde. L'administration Macron veut les centraliser pour en faire un outil d'influence.
La Villa Médicis, première institution touchée par la centralisation du réseau des résidences artistiques françaises.
La Villa Médicis, première institution touchée par la centralisation du réseau des résidences artistiques françaises. ©Jean-Pierre Dalbéra/CC-BY2.0
L'éviction, la semaine dernière, de Muriel Mayette-Holtz de la Villa Médicis signe la fin d'un mandat contesté, mais aussi la remise à plat de l'organisation des résidences artistiques françaises dans le monde. L'administration Macron veut les centraliser pour en faire un outil d'influence.
L'accès à la totalité de l'article (814 mots) est réservé aux abonnés ou aux utilisateurs d'un porte-monnaie

Acheter à la carte
Cet article : 18 EUR
Porte-monnaie
à partir de 30 EUR
J'achète l'article
S'abonner

Accès illimité
à tous les contenus de

La Lettre A
Je découvre les offres

Retrouvez cet article dans notre feuilleton

Villa Médicis : tête de pont du "soft power" à la Macron ?

Je lis ce feuilleton

Restez informé

Sur le même sujet

Nouveau : Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services et publicités liés à vos centres d’intérêt. En savoir plus