L'organisation onusienne basée à Paris est de plus en plus souvent condamnée devant la juridiction de l'Organisation internationale du travail lors de différends avec ses salariés. Le montant des dommages à régler commence à agacer une partie des diplomates. [...] (312 mots)
Edition du 07/02/2019 Lecture 2 minutes

Retrouvez cet article dans :

Cet article est disponible pour les abonnés et en achat à la carte (9,50 EUR)
Connectez-vous pour lire la suite

S'abonner ou acheter à la carte
Je découvre les offres
A lire aussi

Nouveau : Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !